Après la pluie, l’amour…

Nana-Akira 2

Largement relayée par la presse japonaise aujourd’hui (Yahoo News Japan, Natalie.mu, Model Press, Eiga.com, Cinema Today etc…) la campagne de promotion pour le film « Love is like after the rain » a commencé: affiche du film, bande annonce (teaser trailer d’une demi minute) et site officiel… sortie sur les écrans le 25 mai prochain.

Il s’agit de l’adaptation live d’un manga de Jun Mayuzuki paru en 2014. ‘Love is like after the rain’ est une traduction littérale de 恋は雨上がりのように, nul doute que les titres alternatifs que l’on trouve ça et là, ‘Koi Ame’ ou ‘Love after the rain’ s’imposeront.

Love is like after the rain
Love after the rain

L’héroïne, Akira Tachibana, est une jeune lycéenne qui travaille à mi-temps dans un petit restaurant familial et elle s’éprend rapidement du gérant, un homme d’âge mûr. Le thème semble on ne peut plus ‘cliché’ surtout au Japon où films, nouvelles et bien sûr manga ont visité et revisité bien des fois de telles trames d’amours ‘interdits’.

Toutefois, l’histoire peut s’avérer tout à fait captivante pour tout un ensemble de raisons. Les deux êtres qui vont se rencontrer ont été blessés par la vie. Masami, interprété par Yo Oizumi est un homme marqué par son divorce et la jeune Akira aurait dû suivre le destin d’une sportive de haut niveau mais une blessure a anéanti tous ses espoirs.

Nana-Akira 1

Sans doute son innocence et sa jeunesse trouvent-elles un exutoire dans une passion soudaine pour un homme qui sait faire preuve d’attention et de gentillesse.

Le metteur en scène Akira Nagai réalise là son quatrième opus et ce qu’il a accompli avec ‘If cats disappeared from the world’ en 2016 avec Takeru Sato et Aoi Miyazaki m’avait alors enchanté. Je suis certain qu’il saura donner un traitement original à cette histoire car il ne manque pas d’idées. Certain aussi qu’il saura diriger au mieux une Nana Komatsu qui semble taillée sur mesures pour jouer ce personnage. 

Nana-Akira

Il n’y a pas que la ressemblance physique avec la Akira Tachibana du manga, c’est pour moi un simple détail, une curiosité, une intéressante coïncidence. Ce qui éveille bien davantage mon intérêt est le profil psychologique de la jeune fille, à la fois fragile et forte,  et Nana peut s’avérer tout à fait brillante pour exprimer ça.

Il y a en elle une grande tragédienne qui sommeille et Koi Ame me semble le genre de films tout à fait adéquat pour s’exercer, progresser encore et gagner en puissance et maturité…

on the set

L’adaptation d’un manga est une mine inépuisable pour les cinéastes et comme d’habitude on peut s’attendre à la litanie des complaintes des lecteurs: « un tel n’est pas vraiment comme ça », « il a omis de parler de ça » etc…etc…

C’est personnel mais je me contrefiche de notions telles que la soit-disant fidélité à une oeuvre écrite fut elle ornée de visuels (manga, BD), à chaque fois, un metteur en scène digne de ce nom se saisit d’une histoire et à travers son film propose SA vision, SON monde qui n’est pas à priori celui qu’un lecteur X ou Y s’est construit. Dans cette perpective, j’attends ce film avec impatience !

Bande annonce – Teaser trailer (sans sous titres)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s