Kanako, le venin

Dans toutes les religions, le diable, le démon, les diverses incarnations ou représentations du Mal, ont tous quelque chose en commun: la conscience du mal qu’ils font. Ce n’est pas le cas de Kanako, une adolescente dénuée de tout sens moral, de remords, sans aucune notion du bien et du mal.

Policier déchu, mari violent et alcoolique, Showa Fujishima (l’excellent Koji Yakusho) part à la recherche de sa fille, à la demande de son ex-femme. Kanako a disparu et la quête du père dans des milieux interlopes devient une descente aux enfers. En découvrant peu à peu le monstre qu’est sa fille, il sera révélé à lui-même. Non seulement ils sont du même sang mais c’est un événement bien précis qui a ôté à Alice/Kanako son innocence et l’a précipitée dans un puits sans fond.

Kanako n’est en fait qu’une représentation, un condensé des pires tares adolescentes. Le mal qu’elle génére, les souffrances qu’elle inflige aux autres ou plutôt qu’elle fait infliger aux autres, en parfaite manipulatrice, tout cela elle le fait simplement parce qu’elle peut le faire et parce que c’est ‘fun’, rien d’autre ! Comme le lui dit une enseignante, elle n’est qu’une ‘coquille vide’ qui ressemble étrangement à ceux et celles de la rubrique faits divers.

Si l’on met bout à bout la somme mensuelle de ces faits divers qui égaient les journaux, les pays soit-disant développés et civilisés sont des fabriques constantes de l’immonde : meurtres gratuits pour une cigarette refusée ou un regard, SDFs tabassés voire brûlés vifs, copines entraînant leur ‘meilleure amie’ (sic) dans une cave pour que des salopards la violent, tortures d’animaux, le tout filmé et posté sur Internet, c’est ‘fun’…

La réalité est en fait bien pire que la fiction, même passée au moule nihiliste de Tetsuya Nakashima. Dans sa fable noire et pessimiste, il n’épargne guère les adultes, suggérant ainsi que si des jeunes gens sont ce qu’ils sont et font ce qu’ils font, c’est qu’ils ont été à ‘bonne école’.

Au bout du compte, autant partir du fait que le monde dans lequel nous vivons est bien celui de Kanako, en l’acceptant on sait à quoi s’attendre et au final, on ne peut avoir que de bonnes surprises.

Nana Komatsu, alors âgée de 18 ans, faisait une entrée fracassante dans le monde du cinéma, sa carrière d’actrice était lancée et de quelle manière. Aux côtés de comédiens expérimentés, elle fait preuve de maîtrise et d’une étonnante maturité. Derrière le visage d’ange, un être indifférent à la souffrance des autres, sans compassion ni regrets, Kanako est cruelle.

Une scène de ‘confession’ avec Boku (l’acteur Hiroya Shimizu) parvient toutefois à générer un soupçon d’empathie car à ce moment là du film, le spectateur sait ce qui s’est passé, ce n’est pas elle, Alice, qui fait toutes ces choses horribles, c’est l’autre fille, Kanako. Cruelle et schizoide.

Le temps du cinéma muet -une époque où l’on conspuait dans la rue ceux ou celles qui incarnaient des ‘vilains’ à l’écran- a beau être révolu, l’image de la ‘beauté sombre et inquiétante’ lui a longtemps collé à la peau. Bien que fort jeune, elle en avait conscience et c’était assez amusant lors des premières et événements promotionnels de l’entendre glisser au public des ‘vous savez, dans la vie, je ne suis pas comme ça’. Ceci explique aussi peut-être que par la suite Nana Komatsu a enchaîné quelques rôles de ‘gentilles’, histoire de faire contrepoids.


La bande annonce avec sous titres en anglais, elle est à l’image du film, du pur Nakashima: électrique, choc, déjantée et colorée. The World of Kanako est sorti au Japon en juin 2014 puis a fait le tour de nombreux festivals et a eu droit à diverses éditions DVD au Royaume-Uni, en Italie et en Allemagne. En France il est possible de le voir avec des sous-titres français sur Outbuster.


galerie Kanako

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.