Kanako, Kaori, Natsume, Akira et les autres (MAJ)

Galerie de portraits. Les personnages interprétés par Nana Komatsu dans divers films. Pour chacun de ces rôles, un petit commentaire rapide et une appréciation sur la qualité du film et la performance de l’actrice. (Maj du post Kanako, Kaori etc…)


Premier rôle dans un long métrage et une vraie révélation. Elle y incarne un personnage absolument monstrueux, dénué de toute notion du bien et du mal. Saisissant! Rôle principal.

Le besoin de souffler après Kanako sans doute, et de jouer une gentille. Script très pauvre, mise en scène plate, difficile de briller… c’est mignon. Rôle principal. Lire la suite « Kanako, Kaori, Natsume, Akira et les autres (MAJ) »

Koi Ame, une délicieuse averse

koiamepromo

Akira Tachibana est une sprinteuse, la « star » de son club d’athlétisme. Avec un chrono de 11’44 sur 100 mètres à seulement 17 ans, elle peut envisager une carrière de sportive de haut niveau. Mais un jour, lors d’un entraînement, c’est le drame: rupture du tendon d’Achille, rêves brisés.

Fière, entière, ombrageuse et d’un tempérament plutôt solitaire, elle va peu à peu s’enfermer dans la tristesse, l’amertume et la morosité jusqu’à s’éloigner de ses camarades de club, y compris de Haruka, sa meilleure amie, interprétée par Nana Seino.

Il faut dire aussi qu’elle a fait une rencontre, un jour de pluie et de chagrin, un homme, par un simple geste à la fois amusant et bienveillant a fait plus qu’attirer son attention, il a sans le vouloir éveillé en elle un authentique sentiment amoureux… le souci c’est que cet homme, Masaki Kondo (Yo Oizumi) a 45 ans !

Akira va jusqu’à se faire engager dans le petit restaurant familial dont il est le gérant et la différence d’âge ne la gêne pas, plus le temps passe, plus elle s’éprend de cet homme simple dont elle apprécie la gentillesse. Rapidement elle lui avoue son amour, Kondo, d’abord incrédule, comprend à quel point les sentiments de la jeune fille sont profonds.

Rien de scabreux ni d’immoral dans ce qui suit, au lieu de profiter de la situation pour assouvir un fantasme d’homme d’âge mûr, il va tenter de repousser ses avances avec tact tout en lui prodiguant affection et conseils. En retour, la passion d’Akira va lui redonner l’estime de soi, quelque chose qu’il avait perdu sur le chemin de sa vie…

Ce live-action est l’adaptation du manga du même nom, écrit par Jun Mayuzuki et décliné en 10 volumes publiés entre juin 2014 et mars 2018. Mise en scène rythmée, tendresse et humour sont au rendez-vous de cette fort agréable dramédie servie par un casting irréprochable, des deux principaux acteurs jusqu’aux seconds rôles, même les plus anecdotiques. Lire la suite « Koi Ame, une délicieuse averse »

Demain comme hier…Emi.

mytomorrow0

My Tomorrow, Your Yesterday / Tomorrow I Will Date With Yesterday’s You‘ (ぼくは明日, 昨日のきみとデートする) est le dixième long métrage de Takahiro Miki (décembre 2016). Bien que je n’aie pas encore vu ‘Kids on the slope’, son nouvel opus sorti le 10 mars dernier au Japon, je pense que c’est un de ses meilleurs, avec ‘Girl in the sunny place’ et ‘Hot road’

De prime abord le film est semblable aux innombrables drama et films romantiques que le cinéma japonais produit chaque année pour un public d’adolescents et de jeunes adultes. Takatoshi (Sota Fukushi), étudiant en art à Kyoto, croise la jolie Emi (Nana Komatsu) dans le train et pour lui c’est le coup de foudre. Il confesse ses sentiments, tous deux flirtent gentiment mais voilà, la jeune fille a un secret…

Déjà vu? Peut-être…tout est révélé et expliqué à mi-parcours -et le secret est de taille- tant et si bien qu’on se demande si la deuxième partie du film ne va pas être source d’ennui. Il n’en est rien, même si la fin est connue avant la fin, My Tomorrow/Your Yesterday demeure captivant.

Traitement poétique des images et des situations, émotion, qualité de l’interprétation, cette délicieuse tragi-comédie a aussi un sens profond, à savoir qu’il est sans doute louable de bien profiter du temps présent et du bonheur qu’il peut apporter car malheureusement ça ne dure pas !  Lire la suite « Demain comme hier…Emi. »

De l’autre côté du miroir…

Critique de « The world of Kanako » de Tetsuya Nakashima. 

Voici un article publié par un ‘confrère’, posté sur cette page avec l’aimable autorisation de l’auteur: Hervé Lacrampe, webmestre du blog AAA: Asie, Architecture, Actualités.


Testsuya Nakashima aime réaliser des films qui ne ressemblent à aucun genre connu. Ses précédents films, Souvenirs de Matsuko, Confessions empruntaient des voies diverses pour nous offrir des intrigues noires, pessimistes presque nihilistes le tout filmé dans une hystérie de couleur, un dynamisme dingue et un montage hallucinant voire halluciné.

Depuis le succès monstre de Confessions (voir ici la critique) chaque nouveau film est attendu, scruté. The World of kanako sorti en 2014 ne déroge pas à la règle : thriller hors normes, film total sur fond de réécriture du conte d’Alice au pays des merveilles.

Akikasu Fujishima  fut policier, marié et avait une fille magnifique nommée Kanako. Mais à cause de son alcoolisme il finit par perdre son métier, puis sa femme. Reconverti en détective, il est contacté par son ex-compagne. Leur fille vient de disparaître. Devant la lenteur de la police et l’insistance de son épouse, Akikasu se lance dans l’enquête et va découvrir l’univers sombre de sa fille, une adolescente bien sous tout rapport, adorée et enviée mais qui cache de lourds secrets.

Lire la suite « De l’autre côté du miroir… »