Etonnants Avengers…

Retour sur le film Maniac Hero (ヒーローマニア生活) avec un article publié par Hervé Lacrampe, webmestre du blog AAA: Asie, Architecture, Actualités, avec son aimable autorisation bien sûr!

heroes1

Sorti en 2016, Maniac Hero réalisé par Keisuke Toyoshima est la version japonaise d’un Kick Ass rencontrant Mystery Men, Nicky Larson, sur fond de vigilante movie totalement déjanté. Un véritable Objet Filmique Non Identifié porté par une énergie débordante, des acteurs drôles et impliqués le tout mâtiné d’humour gentiment absurde, décalé et dramatique.

L’histoire c’est la rencontre improbable entre un ancien employé, Hidetoshi, reconverti en vendeur dans un kombini, passant ses journées à supporter des jeunes impolis, des ivrognes, des clients agressifs et irrespectueux; Toshida, un jeune expert en arts martiaux redresseur de tort et inventeur de gadgets mais animé d’une étrange et inavouable passion; un obscur vieil homme, Ojisan, qui, armé de ses marteaux fait la misère à la pègre locale et une étudiante, Kaori, aussi piquante que sexy et adepte de la documentation.

Ces quatre improbables héros : un peureux, un bourrin, un grand père et une intello vont s’unir pour devenir les avengers de leur quartier Mais gare au succès car leur réussite attire la convoitise d’un mystérieux personnage qui décide de les embaucher pour former sa propre milice.  Lire la suite « Etonnants Avengers… »

Brèves d’octobre

Makoto
Makoto Higa-Nana Komatsu dans Kuru

IL sera là le 7 décembre, comme prévu. Un esprit? un démon qui terrifiait les ancêtres? Nozaki (Jun Okada), un journaliste freelance, enquête sur des cas de disparitions et de morts mystérieuses, impliquant dans ses investigations sa propre fiancée, Makoto (Nana Komatsu), ainsi que la soeur aînée de celle-ci, Kotoko (Takako Matsu), une bien étrange prêtresse.

Nozaki a été présenté à un certain Tahara (Satoshi Tsumabuki) … Deux années plus tôt, un collègue de ce dernier reçoit un mystérieux visiteur qui souhaite s’entretenir de ‘l’affaire Chisa‘. Ce prénom a une résonance bien particulière puisque c’est celui que lui et sa jeune femme enceinte, Kana (Haru Kuroki), souhaitent donner à leur fille qui va naître et détail troublant, eux seuls sont au courant, ils n’en ont parlé à personne. Peu après ce jeune collègue meurt dans des conditions inexplicables.

Nozaki va bientôt être confronté à une présence monstrueuse et indicible. Voici la bande-annonce de Kuru, le prochain Tetsuya Nakashima, un clip remarquable et puissant qui permet d’envisager un film un peu gore, haletant et très certainement terrifiant… Lire la suite « Brèves d’octobre »

Jazz, en pente douce…

Kids on the slope, un film de Takahiro Miki (mars 2018)

Kids on the slope - Poster

1966, Sasebo, préfecture de Nagasaki. A Tokyo, les étudiants commencent à se mobiliser contre la guerre au Vietnam, contre la présence U.S. et pour un monde nouveau. Sasebo est plus paisible mais les bars de la ville sont fréquentés par les marins américains de passage, on y écoute du jazz…

Kaoru Nishimi (Yuri Chinen) fait partie de cette génération de lycéens qui n’a pas connu la guerre car née après elle. Récemment transféré, c’est un jeune homme brillant mais solitaire, promis à des études de médecine, et un excellent pianiste de formation classique.

Sasebo, comme Nagasaki, est une ville à étages: l’accès à la mer, le port et des commerces dans une cuvette et le reste de la ville à flanc de colline. La pente escarpée qui mène au lycée Higashi est sans doute une métaphore, celle de l’effort que Kaoru va devoir accomplir pour devenir adulte. Deux rencontres vont considérablement bouleverser son existence.

Il fait la connaissance de deux élèves singuliers: Sentaro Kawabuchi (Taishi Nakagawa), un grand gaillard aux cheveux roux et au teint clair qui traîne une solide réputation de redoutable bagarreur et Ritsuko Mukae (Nana Komatsu), une douce jeune fille, amie d’enfance de Sentaro.

Les deux jeunes gens appartiennent à la petite communauté chrétienne de Sasebo, ce sont des amoureux du jazz, musique qu’ils savourent dans la cave spécialement aménagée par le père de Ritsuko, sous son magasin de disques, Mukae RecordsLire la suite « Jazz, en pente douce… »

Retour sur Close Range Love

yuni1

Yuni Kururugi est une lycéenne, élève très brillante mais profondément solitaire. La jeune fille est quasi incapable d’exprimer ses émotions: gaie, triste ou en colère, elle affiche toujours la même expression lisse, hermétique, comme si aucun événement de la vie ne pouvait l’atteindre. Les autres élèves l’ignorent ou la fuient, elle n’a qu’une seule amie et confidente dans tout l’établissement…

Autre souci pour Yuni -qui souhaite prolonger ses études aux USA- son niveau d’anglais est catastrophique. Haruka Sakurai (Tomohisa Yamashita), le nouveau et très populaire prof d’anglais va prendre les choses en main et lui donner des cours particuliers. Evidemment notre héroïne tombe amoureuse du beau professeur 🙂

Succès commercial au Japon et dans plusieurs pays asiatiques, le film est un live action, basé sur une série manga du même nom (Kinkyori Renai/近キョリ恋愛) publiée de 2008 à 2011. Après avoir découvert -comme beaucoup- Nana Komatsu dans le phénoménal et fort dérangeant Kawaki/The World of Kanako, ma déception fut assez grande en visionnant dans la foulée cette (trop) gentille romance au tracé linéaire, avec un personnage central bien éloigné de la flamboyance, certes vénéneuse, de Kanako.

Quatre ans après et suite à une deuxième tentative, retour rapide sur cette comédie romantique:  Close Range LoveLire la suite « Retour sur Close Range Love »