Sakura Récompensé

Nana Komatsu remporte le prix de la Meilleure Actrice aux 30èmes Japanese Professional Movie Awards. Ces Awards assez particuliers tendent à célébrer et récompenser des films qui faute d’une promotion suffisante ou par manque de moyens passent un peu inaperçus et ce en dépit de leurs qualités selon le jury.

Parmi les lauréats la réalisatrice Hikari pour son film 37 Seconds et le film fleuve de Koji Fukada, The Real Thing, qui se place en tête d’une sélection des 10 meilleurs films de l’année 2020 dans laquelle on retrouve Sakura. Nana Komatsu est récompensée à la fois pour son rôle dans Sakura, plutôt un film d’auteur, et pour sa performance dans Ito/Tapestry, qui a été un des succès du box-office nippon l’année dernière.

Liens JPMATwitter – Facebook – Site – Hiroo Otaka

SourcesYahoo News Japan – Natalie Music – Theatertainment – Sakura Movie (Twitter) – Tokyo Sports

Chienne de vie

Sakura ! C’est un pétale de fleur de cerisier que la petite Miki ramasse alors qu’elle tient dans ses bras un chiot qu’elle et ses deux frères viennent de récupérer d’une portée. Le petit animal s’appellera donc Sakura et deviendra le témoin discret mais néanmoins omniprésent et attentif de la vie de la famille Hasegawa.

Gentille petite famille d’ailleurs, tout ce qu’il y a de plus conventionnel. Le père a un emploi stable, le couple s’occupe avec tendresse de leurs trois enfants, dans un esprit de dialogue comme l’attestent certaines discussions à table sur le pourquoi et le comment de leur venue au monde. Le temps passe, les enfants grandissent.

Hajime (Ryo Yoshizawa) est l’aîné, un jeune homme brillant, joueur de base ball et extrêmement populaire au lycée, notamment auprès des filles. Hajime fera sans nul doute de belles études. En comparaison, Kaoru, son jeune frère, paraît bien terne. Réservé et vraiment peu loquace il traîne son air maussade partout où il va. Enfin il y a leur jeune soeur Miki, dynamique, impétueuse mais parfois puérile et imprévisible, elle voue à Hajime un véritable culte.

Lire la suite « Chienne de vie »

Projet Moonlight Shadow

La nouvelle est tombée cette nuit, Nana Komatsu sera Satsuki dans l’adaptation de Moonlight Shadow (1986), un célèbre roman de l’écrivaine Banana Yoshimoto. Aux commandes le metteur en scène Malaisien (né à Singapour) Edmund Yeo, un habitué des festivals internationaux, récompensé en 2017 au Tokyo International Film Festival pour We, The Dead/Aqerat.

Après Martin Scorsese (Silence), Bernard Rose (Samourai Marathon 1855), la jeune actrice est à nouveau à l’affiche d’un film réalisé par un metteur en scène non-japonais. Elle y incarne le personnage central du roman, une jeune femme qui n’arrive pas à surmonter le chagrin causé par la perte de son compagnon dans un accident de voiture.

Dans les commentaires, l’écrivaine note que Nana Komatsu a à peu près l’âge qu’elle même avait lorsqu’elle a écrit Moonlight Shadow (titre choisi en référence à la chanson de Mike Oldfield) et estime que celle-ci de par son tempérament et sa force est parfaite pour le rôle. Edmund Yeo a tout de suite pensé à elle pour incarner Satsuki et déclare qu’elle ‘n’a pas joué Satsuki mais qu’elle est devenue Satsuki’.

De son côté, Nana Komatsu souligne la charge émotionnelle du rôle, un tournage dans lequel le metteur en scène s’est montré à l’écoute et une expérience qui lui ouvre une nouvelle porte. Moonlight Shadow sort en salles au Japon cet automne…


Liens MOONLIGHT SHADOWSite officiel – TWITTER – INSTAGRAM

SourcesOricon News – Eigajoho – Natalie Music – Yahoo Japan –  Cinema LifeFashion PressMoviche

Le tournage de Tapestry

Signé par le metteur en scène Takahisa Zeze (The promised land, The Chrysanthemum and the Guillotine, Pandemic…) Ito -titre anglais: Tapestry, the thread of our lives- a été tourné en deux temps, au cours de l’été 2019 puis pendant l’hiver de cette même année.

Sur Hokkaido, dans la petite ville de Biei mais aussi à Hakodate, à Tokyo, Okinawa et Singapour, le spectateur suit le parcours de deux personnages séparés pendant l’ère Heisei et qui parviennent finalement à se retrouver au tout début de la nouvelle ère, Reiwa.

L’édition Deluxe, en DVD ou Bluray, disponible entre autres sur CD Japan est un joli coffret avec livret, photos et deux disques, le film en bluray et en Dvd plus de deux heures de bonus: première, interviews, scènes inédites et un documentaire sur le tournage du film.

Voir la suite: captures d’écran, extraits video