Projet Moonlight Shadow

La nouvelle est tombée cette nuit, Nana Komatsu sera Satsuki dans l’adaptation de Moonlight Shadow (1986), un célèbre roman de l’écrivaine Banana Yoshimoto. Aux commandes le metteur en scène Malaisien (né à Singapour) Edmund Yeo, un habitué des festivals internationaux, récompensé en 2017 au Tokyo International Film Festival pour We, The Dead/Aqerat.

Après Martin Scorsese (Silence), Bernard Rose (Samourai Marathon 1855), la jeune actrice est à nouveau à l’affiche d’un film réalisé par un metteur en scène non-japonais. Elle y incarne le personnage central du roman, une jeune femme qui n’arrive pas à surmonter le chagrin causé par la perte de son compagnon dans un accident de voiture.

Dans les commentaires, l’écrivaine note que Nana Komatsu a à peu près l’âge qu’elle même avait lorsqu’elle a écrit Moonlight Shadow (titre choisi en référence à la chanson de Mike Oldfield) et estime que celle-ci de par son tempérament et sa force est parfaite pour le rôle. Edmund Yeo a tout de suite pensé à elle pour incarner Satsuki et déclare qu’elle ‘n’a pas joué Satsuki mais qu’elle est devenue Satsuki’.

De son côté, Nana Komatsu souligne la charge émotionnelle du rôle, un tournage dans lequel le metteur en scène s’est montré à l’écoute et une expérience qui lui ouvre une nouvelle porte. Moonlight Shadow sort en salles au Japon cet automne…


Liens MOONLIGHT SHADOWSite officiel – TWITTER – INSTAGRAM

SourcesOricon News – Eigajoho – Natalie Music – Yahoo Japan –  Cinema LifeFashion PressMoviche

Le tournage de Tapestry

Signé par le metteur en scène Takahisa Zeze (The promised land, The Chrysanthemum and the Guillotine, Pandemic…) Ito -titre anglais: Tapestry, the thread of our lives- a été tourné en deux temps, au cours de l’été 2019 puis pendant l’hiver de cette même année.

Sur Hokkaido, dans la petite ville de Biei mais aussi à Hakodate, à Tokyo, Okinawa et Singapour, le spectateur suit le parcours de deux personnages séparés pendant l’ère Heisei et qui parviennent finalement à se retrouver au tout début de la nouvelle ère, Reiwa.

L’édition Deluxe, en DVD ou Bluray, disponible entre autres sur CD Japan est un joli coffret avec livret, photos et deux disques, le film en bluray et en Dvd plus de deux heures de bonus: première, interviews, scènes inédites et un documentaire sur le tournage du film.

Voir la suite: captures d’écran, extraits video

Au fil de leurs vies

Deux jeunes adolescents fuient à perdre haleine dans le froid et la neige, la police est à leurs trousses, dépêchée par la famille de la petite Aoi. Brutalisée par son beau-père, trahie par une mère dépassée et incapable de la défendre, celle-ci s’en remet à Ren, il a fait le serment de la protéger.

Dans la grande île d’Hokkaido, Ren et Aoi s’aimaient quand ils avaient treize ans pendant l’ère Heisei (1989-2019). La violence des adultes les a séparés, puis la vie, tout simplement, les a maintenus éloignés l’un de l’autre. Elle les fera se rencontrer à nouveau et ce plusieurs fois sans que pour autant ils puissent renouer le fil. La nouvelle ère, Reiwa, permettra-t-elle que ce qui a été rompu soit réparé? Ito est un voyage à travers le temps et l’espace et le récit de retrouvailles difficiles sur le chemin de la vie, en dépit des coups du sort.

Avec plus de quarante films au compteur, Takahisa Zeze est un metteur en scène à la fois prolifique et éclectique qui a réalisé des oeuvres aussi différentes que Tokyo X Erotica, Pandemic ou plus récemment The Promised Land. En 2020, il porte à l’écran Ito (Tapestry: the thread of our lives), à partir d’un script écrit par Tamio Hayashi, librement inspiré par la chanson Ito de Miyuki Nakajima, un hit de 1992, toujours populaire .

Le film aurait dû sortir au printemps, le 24 avril, après une campagne de promotion dans laquelle les deux acteurs vedettes (Masaki Suda et Nana Komatsu) se sont beaucoup investis. La crise sanitaire et la proclamation de l’état d’urgence au Japon ont amené la production à repousser la date au 21 août. Malgré tout, Ito a pu rencontrer son public, séduisant de nombreux spectateurs par delà les générations, se plaçant dans le Top 10 du box-office de l’année (n°6 ou n°8 selon les sources).

Lire la suite

Kaori dans Maniac Hero

Signé Keisuke Toyoshima, le film Maniac Hero (ヒーローマニア生活 ) sort en salles au Japon le 7 mai 2016. L’oeuvre est totalement inclassable: action, comédie, satire, drame, tout y passe dans un ensemble franchement déjanté qui joue allègrement avec le loufoque, l’absurde. Critique du film sur le blog: Maniac Hero.

Un petit incident amène Kaori, une étudiante, à rejoindre une groupe de justiciers déterminés à combattre les criminels. Tout comme ses compagnons -Ojisan et ses petits marteaux, Toshida et sa panoplie de gadgets et leur ‘chef’ Nakatsu- Kaori n’a pas de super pouvoirs, elle est juste très futée et a un penchant prononcé pour l’organisation et la consultation d’archives et documents.

Un second rôle solide pour Nana Komatsu qui s’essaie à la comédie, avec succès, son personnage est pour le moins farfelu et décalé. Les péripéties du quatuor l’amèneront d’abord à un changement de look radical et on pourra douter un moment de sa loyauté envers ses acolytes. Il n’en sera rien, le moment venu, c’est une Kaori remontée et combattante qui viendra à la rescousse…


Voir la suite