Makoto Higa dans Kuru

Nana Komatsu est Makoto Higa dans Kuru, un film de Tetsuya Nakashima sorti en décembre 2018 au Japon.

Makoto est un personnage plutôt singulier, hôtesse dans un bar, elle est la petite amie de Nozaki (Jun’ichi Okada) un journaliste free-lance spécialisé dans le surnaturel et l’occulte. Outre ses cheveux roses et orangés, ses nombreux tatouages et les cicatrices profondes qui balafrent son corps et ses jambes, la jeune femme possède un étrange pouvoir, elle est médium. Toutefois ce don n’est rien comparé à celui de sa soeur aînée, Kotoko (Takako Matsu), une prêtresse aux pouvoirs gigantesques.

Lire la suite « Makoto Higa dans Kuru »

Aoi Sonoda dans Ito

A moins que la production ne décide d’en reporter la sortie si de nouvelles mesures de confinement et de fermetures sont prises au Japon, Ito sera bien dans les salles obscures le 24 avril prochain. Le film de Takahisa Zeze (Rakuen, Pandemic, The Chrysanthemum and the Guillotine …) s’inspire librement de la chanson de Miyuki Nakajima, un hit de 1992 et raconte l’histoire mouvementée de deux jeunes gens qui se sont rencontrés enfants et qui par la suite n’ont cessé de se retrouver et …de se manquer.

Nana Komatsu sera Aoi Sonoda, une jeune femme dont l’enfance a été difficile, elle retrouve à l’écran Masaki Suda, un partenaire qu’elle connait bien pour avoir tourné avec lui deux films (Drowning Love et Destruction Babies) et plusieurs Clip/CMs pour la marque Niko and. Ci-dessous, série d’instantanés diffusés par la production, la plupart en HD.


Lire la suite « Aoi Sonoda dans Ito »

Kanako, le venin

Dans toutes les religions, le diable, le démon, les diverses incarnations ou représentations du Mal, ont tous quelque chose en commun: la conscience du mal qu’ils font. Ce n’est pas le cas de Kanako, une adolescente dénuée de tout sens moral, de remords, sans aucune notion du bien et du mal.

Policier déchu, mari violent et alcoolique, Showa Fujishima (l’excellent Koji Yakusho) part à la recherche de sa fille, à la demande de son ex-femme. Kanako a disparu et la quête du père dans des milieux interlopes devient une descente aux enfers. En découvrant peu à peu le monstre qu’est sa fille, il sera révélé à lui-même. Non seulement ils sont du même sang mais c’est un événement bien précis qui a ôté à Alice/Kanako son innocence et l’a précipitée dans un puits sans fond.

Kanako n’est en fait qu’une représentation, un condensé des pires tares adolescentes. Le mal qu’elle génére, les souffrances qu’elle inflige aux autres ou plutôt qu’elle fait infliger aux autres, en parfaite manipulatrice, tout cela elle le fait simplement parce qu’elle peut le faire et parce que c’est ‘fun’, rien d’autre ! Comme le lui dit une enseignante, elle n’est qu’une ‘coquille vide’ qui ressemble étrangement à ceux et celles de la rubrique faits divers.

Si l’on met bout à bout la somme mensuelle de ces faits divers qui égaient les journaux, les pays soit-disant développés et civilisés sont des fabriques constantes de l’immonde : meurtres gratuits pour une cigarette refusée ou un regard, SDFs tabassés voire brûlés vifs, copines entraînant leur ‘meilleure amie’ (sic) dans une cave pour que des salopards la violent, tortures d’animaux, le tout filmé et posté sur Internet, c’est ‘fun’…

La réalité est en fait bien pire que la fiction, même passée au moule nihiliste de Tetsuya Nakashima. Dans sa fable noire et pessimiste, il n’épargne guère les adultes, suggérant ainsi que si des jeunes gens sont ce qu’ils sont et font ce qu’ils font, c’est qu’ils ont été à ‘bonne école’.

Au bout du compte, autant partir du fait que le monde dans lequel nous vivons est bien celui de Kanako, en l’acceptant on sait à quoi s’attendre et au final, on ne peut avoir que de bonnes surprises.

Lire la suite « Kanako, le venin »

Monica

silence

Si 2014 fut pour Nana Komatsu l’année de la révélation avec The World of Kanako de Tetsuya Nakashima, 2016 fut celle de l’explosion… côté mode la jeune modèle est omniprésente dans les magazines (Nylon, Vogue, Soup, Mina, Screen, Switch…) et côté écran c’est dans pas moins de cinq films japonais et un drama qu’elle se présente au public.

Cette année-là fut l’occasion d’une petite escapade à Hollywood. Pendant près de trente ans, Martin Scorsese a peaufiné le script de « Silence » basé sur le roman de Shusaku Endo.  Il est enfin prêt. Les auditions ont eu lieu courant 2014 pour un tournage prévu à Taiwan dès janvier 2015. Nana Komatsu, alors une parfaite débutante, passe avec succès les épreuves de casting: elle sera Monica, une petite paysanne convertie au christianisme…

Lire la suite « Monica »