Billet de novembre

Au sommaire de cette fin novembre: la sortie de Sakura (première, TVs…), Ito en Bluray et DVD en février prochain, parutions (presse et magazines)


Sakura: le film de Hitoshi Yazaki est sorti en salles au Japon comme prévu le vendredi 13 novembre. Le lendemain, le metteur en scène, accompagné de Nana Komatsu, Takumi Kitamura, Ryo Yoshizawa et Yui Kobayashi accueillait le public au Piccadilly, un cinéma de Shinjuku. Les opérations de promotion du film se poursuivent dans la presse, sur les écrans TV et sur la toile. Site Officiel du film: Sakura.

Le 16 novembre, le trio vedette (Nana Komatsu, Takumi Kitamura, Ryo Yoshizawa) assurait la promotion de Sakura sur ZIP TV (NTV) et Mezamashi TV (Fuji TV). Video de ZIP sur FC2. Le film a été plutôt bien reçu par la presse et les critiques (note moyenne de 3,4/5 sur eiga.com)

Voir la suite

Sakura en novembre

Non, il ne s’agit pas d’un dérèglement climatique tel que les fleurs de cerisier se mettraient à joncher les rues du Japon en cette froide saison mais de la sortie du nouveau film de Hitoshi Yazaki, vendredi 13 novembre dans tout le pays. Sakura est une production Shochiku.

Adapté du roman de Kanako Nishi (Sakura en 2005) le film met en scène la famille Hasegawa: le père (Masatoshi Nagase), la mère (Shinobu Terajima), leur trois enfants (Hajime: Ryo Yoshizawa, Kaoru: Takumi Kitamura et Miki: Nana Komatsu) ainsi que leur drôle de petit chien, Sakura! Une famille heureuse et apparemment sans histoires jusqu’à ce qu’un drame arrive et que tout l’édifice s’effondre. De révélations en retournements, le chemin vers un nouvel équilibre sera long…

Présentée au début du mois d’octobre dernier en Europe, lors du festival Jappanual (Autriche), l’oeuvre du réalisateur de Strawberry Shortcakes semble tenir toutes ses promesses.

Lire la suite « Sakura en novembre »

Interview Vogue Singapour

Comment je me vois dans dix ans?Il se peut que je fasse ce que je fais maintenant, ou que je rencontre quelqu’un et que mes centres d’intérêts changent, je pourrais cesser d’être actrice ou bien encore je pourrais faire quelque chose de plus en tant qu’actrice, peut-être ne vivrai-je plus au Japon. Je m’amuse en ce moment à fantasmer sur tout ça.’

Le ton est donné, toujours en mouvement, sans cesse prête à saisir les opportunités qui se présentent à elle, l’actrice et modèle Komatsu Nana se confie à Mihoko Iida pour la parution de l’édition spéciale et inaugurale de Vogue Singapour.

Alors que le film Ito entame sa cinquième semaine dans le top 10 du box-office japonais, l’actrice fait la couverture de Vogue Singapore Numéro 1, une parution ‘collector’ qui se décline en trois éditions différentes, une avec la chinoise Ju Xiaowen, une autre avec la modèle Diya Prabhakar (Singapour) et enfin une avec Nana Komatsu.


article original en anglais
Photos Vogue par Fish Zhang

L’article en ligne, en date du 28 septembre et illustré par certains clichés du photoshoot de l’édition papier, offre un bon résumé de sa déjà longue carrière et la jeune femme donne des réponses intéressantes à quelques questions qui ne le sont pas moins. Nana Komatsu s’exprime tour à tour sur son rôle dans Ito, les médias sociaux, la crise du Covid, son approche du travail et des autres… Traduction de quelques passages ci-dessous.

Lire la suite « Interview Vogue Singapour »

Yuki dans Closed Ward

Nana Komatsu est Yuki Shimazaki dans Closed Ward (Family of strangers) un film de Hideyuki Hirayama sorti au Japon le 1er novembre 2019. Cette production Toei est l’adaptation d’un roman de Hosei Hahakigi paru en 1997.

Avec beaucoup de réalisme et de sensibilité, Hirayama plonge le spectateur dans le quotidien des pensionnaires d’une institution psychiatrique. On retrouve à l’affiche Go Ayano dans le personnage de Chu, un jeune homme souffrant de psychose hallucinatoire et Tsurube Shofukutei pour interpréter Hidemaru Kajiki, un ex-condamné à mort qui a échoué là parce que les autorités ne savaient quoi faire de lui. C’est auprès de ces personnages centraux que Yuki, jeune fille fugueuse et suicidaire, va trouver aide, compassion et un soutien indéfectible. Critique: Le Pavillon des Fous.




Lire la suite « Yuki dans Closed Ward »