La Course de l’Honneur

Article publié par un ‘confrère’, agrégé d’histoire et passionné par le cinéma. Posté sur cette page avec l’aimable autorisation de l’auteur, Hervé Lacrampe, webmestre du blog AAA: Asie, Architecture, Actualités.


1855, deux années déjà que le Commodore Perry a abordé les côtes japonaises et contraint le Shogun à abandonner sa politique de fermeture aux étrangers. Une période de profonds bouleversements commence, conduisant les dirigeants à  choisir entre tradition et modernité. Une thématique riche qui a souvent inspiré les cinéastes japonais et occidentaux (Le dernier samouraïKenshin le vagabond).

Bernard Rose, réalisateur à la carrière éclectique -de Candyman à Anna Karenine– s’empare d’une histoire vraie, la naissance du marathon dans le Japon des grands seigneurs pour nous livrer une jolie oeuvre à cheval entre le film de samouraïs et la comédie.

L’histoire nous place dans la seigneurie d’Annaka dirigée par le seigneur Katsuakira Itakura. Celui-ci voit d’un mauvais oeil l’arrivée des étrangers sur les côtes japonaises et le pacte signé entre eux et le Shogun. Pour ce seigneur de l’ancien temps pétri d’honneur, c’est le signe que les samouraïs se sont affaiblis et ont perdu de leur force. Il décide de mobiliser tous les guerriers de son fief et d’organiser un marathon pour les entraîner et renforcer la discipline.

Mais cette course inquiète son vassal le jeune Jinnai Karasawa et espion au service du shogun. Dès l’ordre de mobilisation, il informe son supérieur de ce qu’il estime être un début de rébellion. Découvrant son erreur, l’agent se retrouve confronté à un dilemme : servir le shogun et laisser des assassins éliminer le seigneur ou défendre celui qu’il a injustement accusé. 

La première grande qualité du film concerne ses décors. Il est en effet entièrement tourné en décor réel, au  Nord-Ouest du Japon, dans des paysages de montagnes, de rivières, de rizières magnifiques. Non seulement le choix des lieux est superbe mais il est rehaussé par une lumière, une photographie qui magnifient chaque plan. On ne rappellera jamais assez la plus-value de ces prises d’image en décor réel par rapport au tournage en studio sur fonds verts. Tout fait réel: l’ambiance, l’humidité, la difficulté de la course dans des conditions dantesques. Les acteurs sont extrêmement crédibles dans toutes les séquences de course parce qu’ils ont réellement souffert.

Lire la suite « La Course de l’Honneur »

Samurai Marathon 1855

‘Les Bateaux Noirs sont là’, c’est ainsi que le seigneur Itakura (Hiroki Hasegawa) désigne -comme le faisaient alors ses contemporains- les navires américains de l’escadre du Commandeur Perry.

Milieu du 19ème siècle, les dernières années du Shogunat avant la Restauration Meiji, un Japon qui hésite entre nécessité d’une ouverture et crainte d’une invasion, c’est le cadre historique de Samurai Marathon 1855, film réalisé par le metteur en scène Britannique Bernard Rose et produit par un autre sujet de Sa Majesté, Jeremy Thomas, à qui l’on doit notamment la production du phénoménal ‘Le Dernier Empereur’.

Toutefois, c’est à partir d’un fait historique mineur que Rose construit sa fiction. C’est en effet en 1855 qu’eut lieu le premier marathon au Japon, une épreuve d’endurance organisée par le seigneur Itakura, du domaine d’Annaka, dans le but d’endurcir et d’aguerrir ses samourai. L’événement est toujours célébré de nos jours et a fait l’objet d’un roman historique (de Akihiro Dobashi) dont le metteur en scène s’est en bonne partie inspiré.

Parmi les compétiteurs se trouve un certain Jinnai Karasawa (Sato Takeru), espion à la solde du Shogun. Il croit déceler dans la mobilisation et les préparatifs un complot contre le pouvoir central et lorsqu’il comprend sa méprise, il est trop tard, son courrier est arrivé et une troupe d’assassins est déjà en route. Pour compliquer les choses, la Princesse Yuki Hime (Nana Komatsu), fille du seigneur Itakura, a disparu.

Lorsque le générique de fin arrive on a le sentiment d’avoir soi-même parcouru les magnifiques paysages du Japon et la qualité de la pellicule est telle qu’il en ressort une impression de plénitude et d’apaisement, gommant les péripéties parfois violentes et mouvementées d’une histoire tout à fait singulière. La photographie, les lumières parfois surréelles sont l’oeuvre de Takuro Ishizaka qui a su magnifier les somptueux décors naturels de la préfecture de Yamagata. La bande son, jamais intrusive mais toujours perceptible, est à la hauteur de l’ensemble, elle est signée Philip Glass.

Le film comprend en gros trois parties, la première met en place les personnages, pose le décor et un montage précis et dynamique permet au spectateur d’intégrer de nombreuses informations qui auront tout leur sens par la suite. La deuxième phase est la course elle-même, égrainée de multiples incidents, tantôt comiques tantôt tragiques: certains courent par devoir, d’autres pour la gloire, d’autres encore ont de sombres desseins. Parmi les coureurs, un guerrier a tout l’air d’être une jeune femme.

Vient ensuite le final, l’apothéose, avec des scènes de combat qui n’ont rien à envier aux meilleurs films du genre, si tant est qu’on puisse classer Samurai Marathon 1855 dans la catégorie film de sabre, Bernard Rose ayant réussi à jouer entre hommage et parodie pour produire une oeuvre personnelle et originale.

Enfin, un autre atout majeur du film est son casting prestigieux avec pas moins de huit têtes d’affiche (liste complète en fin d’article). Les seconds rôles, même les plus modestes, ont également été confiés à des acteurs et actrices renommé(e)s, on remarquera entre autres Junko Abe (Still the water), Taishi Nakagawa (Kids on the slope) ou encore Mugi Kadowaki, partenaire de Nana Komatsu dans Farewell Song/Sayonara Kuchibiru.

Aux côtés du ‘couple vedette’ Takeru Satoh/Nana Komatsu, chacun fait preuve de talent dans des scènes bien intégrées dans le tissu narratif, on retiendra tout particulièrement la performance de Mirai Moriyama, impressionnant de puissance et d’énergie. Takeru Satoh avait dans ses bagages l’expérience de trois volets de Rurouni Kenshin, autant dire que sabre au clair en pleine forêt il est comme un poisson dans l’eau, imposant sa gestuelle et ses mouvements vifs et légers, c’est un acteur félin et charismatique.

Nana Komatsu s’est vu confier un rôle délicat. Le personnage de Yuki Hime ajoute une note de modernité à la fiction. Loyale envers son père et son clan, elle n’en est pas moins rebelle, obstinée et indépendante. En plus d’avoir fière allure, en princesse ou en guerrière, la jeune actrice offre là une de ses plus belles prestations, aussi à l’aise avec un pinceau qu’avec un couteau, complexe dans les émotions, convaincante dans l’action.

Samourai Marathon est un beau film, aussi surprenant que divertissant: 4/5

Lire la suite: clips, galerie Yuki Hime, liens

New York ! New York !

Premier voyage ‘officiel’ de Nana Komatsu aux USA. A l’occasion de l’édition 2019 du Festival du Film Asiatique de New York, l’actrice était aux côtés du metteur en scène Bernard Rose vendredi 28 juin pour la Première Américaine de son dernier opus: Samurai Marathon.

Au Film Lincoln Center elle a reçu une distinction: le Rising Asia Star Award, une récompense décernée à des acteurs et actrices asiatiques ayant le potentiel pour faire carrière à l’international. Nana Komatsu est la deuxième japonaise qui reçoit ce prix, après Fumi Nikaido en 2014.

Dans un anglais un peu hésitant (elle y travaille), Nana Komatsu s’est présentée puis poursuivant en japonais -traduit pour l’auditoire par une interprète- elle a exprimé sa joie d’être à New York et sa gratitude.

Avant de laisser le micro au metteur en scène, elle a fait sourire le public en déclarant que la veille, tellement impatiente d’aller sur Times Square pour prendre quelques photos, elle s’est rendu compte sur place qu’elle s’était trompé d’endroit. Après la projection du film, une séance ‘Questions et Réponses’ a prolongé la soirée.




« Parler anglais vous ouvre des portes » a-t-elle déclaré à Hiroaki Saito qui l’interviewait pour Yahoo! Japan. Tout en affirmant son respect pour le Japon et le plaisir qu’elle éprouve à tourner dans son pays, Nana Komatsu n’a pas caché qu’elle souhaitait rencontrer et travailler avec des metteurs en scène et des acteurs étrangers et qu’elle saisirait toutes les opportunités qui se présenteraient.

« Quoi? Moi?: lorsque le journaliste lui demande quelle fut sa réaction en apprenant que le Festival New Yorkais comptait lui attribuer le Rising Star Ward, la jeune actrice fait part de sa surprise, du profond sentiment d’excitation qui s’est emparé d’elle et estime que l’expérience restera un souvenir mémorable.



Closed Ward


Ce n’est pas sous la forme d’un teaser que les premières images du film de Hideyuki Hirayama ont été diffusées. La production a mis en ligne une vidéo mêlant des séquences du tournage, du film et des fragments d’interview de ses trois principaux protagonistes: Tsurube Shofukutei, Gou Ayano et Nana Komatsu.

Le film sera sur les écrans nippons le 1er novembre 2019. Site Officiel.


Lire la suite « New York ! New York ! »

Komatsu + Suda = Ito

Nana Komatsu et Masaki Suda se partageront la vedette dans Ito (titres anglais provisoires: Tapestry/Yarn), un film de Takahisa Zeze (The Chrysanthemum and the Guillotine, Pandemic, Lowlife). Inspiré par la chanson de Miyuki Nakajima (1992), le film retrace l’histoire de deux jeunes gens qui se sont rencontrés au début de l’ère Heisei, à l’âge de 13 ans, retrouvés 8 ans plus tard sans pour autant renouer avant de voir leurs chemins se croiser de nouveau, à 31 ans, alors qu’au Japon une nouvelle ère se prépare.

La nouvelle annoncée le 9 juin dernier par la presse spécialisée n’a pas manqué de générer une certaine agitation chez les fans des deux jeunes stars. Assurément un des couples les plus charismatiques sur les écrans nippons, ils sont complices de longue date, pas seulement parce qu’ils font partie de la même agence (Stardust Promotion) mais aussi parce qu’ils ont souvent tourné ensemble: deux films, Destruction Babies et Drowning Love ainsi que plusieurs court-métrages, de longs clips promotionnels pour la marque Niko and.

Le tournage aura lieu de juillet à septembre dans un premier temps, d’autres scènes seront filmées l’hiver prochain, en des lieux aussi divers que Hokkaido, Okinawa, Tokyo et Singapour. Sortie sur les écrans en 2020.

Sources: Eiga.com, Oricon NewsSite Officiel: ItoTwitter: Ito.


Sayonara Kuchibiru/Farewell Song


Curieusement, le film n’est diffusé que dans un peu plus d’une centaine de cinémas, loin des 300 et quelques habituelles pour une sortie. Choix frileux ou astuce promotionnelle pour inscrire le film dans la durée? A en croire compte-rendus et billets sur Twitter, les salles sont pleines et mercredi 19, les deux actrices, Nana Komatsu et Mugi Kadowaki montent à nouveau au créneau pour une opération promotion au cinéma Toho de Shinjuku.

Présenté au Festival International de Shangai, dans la perspective d’une diffusion en Chine continentale, le film sortira sur les écrans à Taiwan le 28 août prochain. Avec une note moyenne de 3.7/5 sur Eiga.com, le film de Akihiko Shiota fait l’objet de critiques plutôt favorables.


Samurai Marathon 1855


Première européenne pour le film de Bernard Rose au Festival International du Film à Edimbourg, Ecosse, le 25 juin: EIFF. Ensuite l’Amérique du Nord avec une Première aux USA le 28 juin pour l’ouverture du New York Asian Film Festival. Nana Komatsu sera peut-être présente* pour recevoir un Rising Star Award, elle sera la première actrice japonaise ainsi honorée depuis Fumi Nikaido en 2014.

* selon les organisateurs du festival, l’actrice sera aux côtés du réalisateur pour une séance Questions/Réponses lors de la première, elle recevra son prix pour l’occasion. Source: NYAFF.