Mortelle Randonnée…

Destruction Babies de Tetsuya Mariko (2016)

trio

Critique (spoilers modérés): qu’est-ce qui pousse Taira, ce jeune homme bestial qui sans raison, sans motivation particulière frappe, brutalise et cogne tous ceux qui ont le malheur de croiser son chemin? Une apparente absence de réponse ou d’analyse a parfois amené des critiques fort négatives pour le film, présenté et dénoncé comme un simple exercice de style mettant en scène de la violence gratuite.

D’autres a contrario -et j’en suis- voient là une oeuvre forte à la mise en scène millimétrée qui laisse au spectateur le choix entre une et plusieurs explications quant aux racines du mal…

Tourné dans le paisible port de Mitsuhama tout près de la très jolie ville de Matsuyama (île de Shikoku) le film offre le récit d’une mortelle randonnée qui démarre en solo et se termine en trio destructeur. Dès les premières images, on comprend que ça ne va pas être de tout repos.

Le jeune frère de Taira, Shota (Nijiro Murakami), s’apprête à prendre le bac pour rentrer chez lui et depuis l’autre rive, il voit Taira en mauvaise posture, agressé et tabassé par une bande locale. Il ne le reverra plus car celui-ci prend la fuite et se dirige vers la ville…

Poster 2

Là, commence son odyssée de violence et de destruction. Il s’en prend à tout le monde, de simples passants, un petit groupe de lycéens qui se moquaient de lui, jusqu’aux Yakuza qui ont bien du mal à le maîtriser. Il faut dire que le bougre sait non seulement frapper, il a également une incroyable capacité à encaisser et à se relever pour à nouveau se battre et combattre, encore et encore.

Les scènes de bagarre et d’affrontement physique sans armes à feu ni couteaux sont d’un rare réalisme, on entend les coups qui claquent, les os qui craquent, une bande son aux guitares saturées et discordantes vient ajouter à la sueur, celle qui imprègne votre dos car vous êtes littéralement collé au dossier de votre fauteuil.

Yuya Yagira – le jeune adolescent du Nobody Knows de Kore Eda, c’était lui – livre une remarquable performance physique et athlétique. Peu, très peu de dialogues mais outre les scènes de violence, ses mimiques, regards et expressions façonnent le portrait angoissant d’un authentique psychopathe.

Lire la suite « Mortelle Randonnée… »