Satsuki…

à l’ombre du clair de lune

Sorti sur les écrans au Japon le 10 septembre 2021 puis présenté au 34ème Festival International du Film de Tokyo le 1er novembre, l’adaptation de la nouvelle de Banana Yoshimoto par le réalisateur malaisien Edmund Yeo poursuit son petit bonhomme de chemin: Moonlight Shadow est diffusé sur Wowow (Japon, streaming) à compter du 2 janvier et sera prochainement disponible sur Viki et Netflix.

A Taiwan les spectateurs pourront le voir en salles dès le 21 janvier, le film sera par ailleurs présenté lors de huit séances dans le cadre du Japanese Film Festival (Golden Screen Cinemas) en Malaisie entre le 6 et le 20 janvier…

En attendant et en espérant une présentation du film quelque part dans un festival européen ou sa diffusion dans nos régions via Netflix, une galerie de captures d’écran consacrée au personnage central, Satsuki, incarnée avec finesse par une Nana Komatsu très émouvante.

Voir la suite

Une Lumière à Tokyo

1er novembre 2021: Moonlight Shadow, le film de Edmund Yeo, faisait partie de la sélection Nippon Cinema Now du 34ème Festival International du Film de Tokyo, T.IF.F. – Le cinéaste est un habitué du festival où il fut récompensé en 2017 en tant que meilleur réalisateur pour Aqerat, We, The Dead. Le matin même, il s’exprimait lors du Salon Talk show du festival, quelques heures avant la présentation officielle du film en soirée, au Toho Cinéma de Hibiya.

Rappelant son parcours et ses liens personnels avec le Japon (cf interview en français de Edmund Yeo sur Blog Fascinant Japon) il a une fois encore couvert de louanges son actrice vedette: ‘Je la suis depuis son premier film, The World of Kanako, et j’ai été impressionné par son jeu délicat. Après avoir regardé ses dernières films, j’ai compris qu’elle pouvait jouer une grande variété de rôles avec beaucoup d’habileté.’

Après la diffusion du film, Nana Komatsu, en compagnie de deux autres acteurs du film (Hio Miyazawa et Himi Sato) s’est prêtée au jeu du question-réponses avec le public. La présence de l’actrice au festival était une première, officiellement du moins.

Voir la suite

Et au milieu coule une rivière

Moonlight Shadow, sorti en salles au Japon le 10 septembre dernier a été choisi pour figurer dans la sélection Nippon Cinema Now du 34ème Festival International du Film de Tokyo, TIFF.

Critique de Moonlight Shadow

Le son d’une cloche s’attarde dans mon oreille, tout a commencé avec cette clochette, ce son représentait chaque instant passé avec Hitoshi, chaque jour et chaque nuit, les jours de pluie, les jours de neige, ceux des nuages et du soleil, les films que nous avons vus, les livres que nous avons lus, nos querelles, nos larmes et nos rires…‘. Devant un magnétophone, une jeune femme égrène son chagrin. Cette scène poignante ouvre le film, elle reviendra plus tard, plus complète et avec une charge émotionnelle encore plus forte. 

Cette jeune femme c’est Satsuki. L’amour de sa vie s’est tué en voiture. Avec lui, Yumiko, la petite amie d’Hiiragi, le jeune frère d’Hitoshi, a également perdu la vie. Le deuil, Hiiragi le porte sur lui en revêtant l’uniforme scolaire de Yumiko, de son côté Satsuki court, sans cesse, à perdre haleine et comme elle a perdu l’appétit elle maigrit d’une manière effrayante et s’épuise. Un jour depuis le pont où Satsuki et Hitoshi aimaient à se retrouver, celle-ci aperçoit une femme étrange entièrement vêtue de noir qui porte son doigt à ses lèvres pour dire ‘chut’, comme une invitation au silence, à l’apaisement et au mystère.

L’adaptation de la célèbre nouvelle de Banana Yoshimoto par le réalisateur malaisien Edmund Yeo tient toutes ses promesses. La pellicule de Kong Pahurak est superbe et les lumières viennent soutenir les émotions portées par les personnages. La bande son, signée Aaken/Ton That An a la même fonction, elle accompagne, avec délicatesse, sans envahir le film.

voir la suite

Satsuki dans Moonlight Shadow

Nana Komatsu est Satsuki, le personnage central et la voix narrative de Moonlight Shadow, le tout nouveau film du réalisateur malaisien Edmund Yeo. Son adaptation du célèbre mini roman de Banana Yoshimoto ne fait pas toujours l’unanimité notamment sur les sites mainstreams ou chez certains puristes qui voient dans les libertés prises par le metteur en scène un non respect de l’oeuvre originale.

A l’inverse le film a aussi suscité des réactions enthousiastes de la part de spectateurs ou de critiques de la presse écrite qui voient en Moonlight Shadow une production élégante, séduisante et émouvante. Que les critiques soient négatives ou positives, l’actrice semble épargnée par les reproches, bien au contraire, sa prestation génère approbation et adhésion.

Le statut particulier de ce film dans lequel pour la première fois la jeune actrice tient le haut de l’affiche pourrait fort bien marquer une nouvelle étape voire un tournant dans sa carrière. Plusieurs réalisateurs ont fait savoir publiquement qu’ils avaient grandement apprécié Moonlight Shadow et par là même la performance de celle qui selon les mots d’Edmund Yeo ne joue pas Satsuki mais EST Satsuki. Parmi ces metteurs en scène séduits et enthousiastes, un certain Shunji Iwai

Ci dessous une sélection de clichés officiels et de captures d’écran, le tout accompagné de passages traduits de l’interview spéciale de l’actrice pour son agence, Stardust Promotion, en date du 18 septembre.

Lire la suite