Drôle de rêve…

yumeDVD

Yuko Abe. On la voit partout, en couverture des magazines, dans des clips commerciaux et des shows télévisés, recrutée par un agent alors qu’elle n’était qu’une enfant et sans cesse poussée par une mère exigeante et déterminée, Yuko semblait promise à un destin de super star…

Mais dans les studios de JBC, Toyo, Star Cheese, toutes ces compagnies qui l’emploient ou gèrent sa carrière, c’est la panique. Depuis quelques heures, les réseaux sociaux font circuler une bien gênante video qui envahit toute la toile et parvient rapidement à tous les média: une sex-tape ! Un doute subsiste toutefois, est-ce vraiment elle?

C’est ainsi que commence l’épisode 1 de Yume wo ataeru (to bestow a dream/夢を与える), une production Wowow  en 4 épisodes diffusée en 2015. Un véritable must-see si vous appréciez Nana Komatsu, épaulée par un casting plutôt prestigieux: Rinko Kikuchi (Mikiko, la mère de Yuko), Joe Odagiri (Murano, l’agent recruteur) mais aussi Mackenyu ou encore l’excellente Kaho…  Lire la suite « Drôle de rêve… »

Après la pluie, l’amour…

Nana-Akira 2

Largement relayée par la presse japonaise aujourd’hui (Yahoo News Japan, Natalie.mu, Model Press, Eiga.com, Cinema Today etc…) la campagne de promotion pour le film « Love is like after the rain » a commencé: affiche du film, bande annonce (teaser trailer d’une demi minute) et site officiel… sortie sur les écrans le 25 mai prochain.

Il s’agit de l’adaptation live d’un manga de Jun Mayuzuki paru en 2014. ‘Love is like after the rain’ est une traduction littérale de 恋は雨上がりのように, nul doute que les titres alternatifs que l’on trouve ça et là, ‘Koi Ame’ ou ‘Love after the rain’ s’imposeront.

Love is like after the rain
Love after the rain

L’héroïne, Akira Tachibana, est une jeune lycéenne qui travaille à mi-temps dans un petit restaurant familial et elle s’éprend rapidement du gérant, un homme d’âge mûr. Le thème semble on ne peut plus ‘cliché’ surtout au Japon où films, nouvelles et bien sûr manga ont visité et revisité bien des fois de telles trames d’amours ‘interdits’.

Toutefois, l’histoire peut s’avérer tout à fait captivante pour tout un ensemble de raisons. Les deux êtres qui vont se rencontrer ont été blessés par la vie. Masami, interprété par Yo Oizumi est un homme marqué par son divorce et la jeune Akira aurait dû suivre le destin d’une sportive de haut niveau mais une blessure a anéanti tous ses espoirs. Lire la suite « Après la pluie, l’amour… »

Kanako, Kaori, Natsume et les autres…

Petite galerie de portraits. Les personnages interprétés par Nana Komatsu dans divers films. Pour chacun de ces personnages, un petit commentaire rapide et une appréciation sur la qualité du film et la performance de l’actrice.


  • Kanako Fujishima: The world of Kanako (2014). Film: A. Performance: A

Premier rôle et une révélation. Elle y incarne un personnage monstrueux dénué de toute notion du bien et du mal. Saisissant ! Rôle principal.

  • Yuni Kururugi: Close Range Love (2014). Film: D- . Performance: C

Le besoin de souffler après Kanako sans doute, et de jouer une gentille. Script très pauvre, mise en scène plate, difficile de briller… mignon. Rôle principal.


  • Kaede: Prophecy (2015). Film: B-

Un simple cameo, on la voit trop peu pour se faire une idée.

  • Miho Azuki: Bakuman (2015). Film: C+. Performance: C-

Peu de temps à l’écran, elle est convaincante dans la scène à l’hôpital, le reste du temps elle est plutôt mal dirigée et assez inexpressive. Un second rôle anecdotique.


  • Yu Akabane: Kurosaki kun… (2016). Film: C . Performance: B-

A défaut d’être du grand cinéma, c’est divertissant. Tout le monde surjoue dans cette comédie (c’est le genre qui veut ça) mais Nana Komatsu est de très loin la plus drôle. Rôle principal.

  • Kaori Terasawa: Maniac Hero (2016). Film: B . Performance: B

Un film inclassable et Nana Komatsu dans un registre aussi inattendu que son look. Un second rôle très convaincant. Elle a le potentiel pour verser dans le comique.


  • Nana: Destruction Babies (2016). Film: B+ . Performance: A

Un film dur. Son personnage le plus antipathique (après Kanako). Un second rôle très solide avec une scène d’anthologie vers la fin du film. Très peu d’actrices de sa génération auraient été capables de la jouer avec autant de force, en fait à part Fumi Nikaido, je ne vois pas qui.

  • Emi Fukuju: My Tomorrow, Your Yesterday (Tomorrow I will date with yesterday’s you) (2016). Film: B. Performance: A-.

Un film très représentatif du cinéma de Takahiro Miki: romantique et fantaisiste. Nana y joue le rôle de la douce Emi. Sobre, simple, efficace. Rôle principal.


  • Natsume Mochizuki: Drowning Love (2016). Film: B+ . Performance: A-

Un film curieux et ambitieux. Nana Komatsu passe en revue pratiquement tout le registre des émotions humaines et elle excelle dans les scènes les plus sombres et les plus difficiles. Rôle principal.

  • Monica: Silence (2016). Film: A+ . Performance: B+

Une petite excursion à Hollywood avec un rôle dans un Martin Scorsese. C’est un petit second rôle mais la jeune actrice (19 ans au moment du tournage) a su interpréter sans faille le rôle d’une paysanne perdue et effrayée, broyée par un destin qui la dépasse.


  • Yukako Yamagishi: JoJo’s Bizarre Adventure… (2017) – Je ne l’ai pas encore visionné. Il s’agit d’un second rôle.
  • Ritsuko Mukae: Kids on the Slope. Sortie le 10 mars 2018. Rôle principal.

à suivre… 21 ans, 12 films, 5 récompenses (dont un Japanese Academy Award) et deux nominations. Nana Komatsu souhaite tourner avec des metteurs en scène comme Shunji Iwai  ou Mipo O, je l’espère, ça et plus encore…

Maniac Hero

Maniac Hero

Un petit film curieux sorti en 2016, dirigé par Keisuke Toyoshima et qui n’obéit à aucune règle précise de genre puisque genre il n’y a pas. Comédie, drame, action et humour absurde sont au rendez-vous avec ce film OVNI absolument inclassable…

  • Scénario/histoire  (attention! spoilers en masse)

Hidetoshi (Masahiro Higashide) travaille dans un combini, une de ces fameuses supérettes de quartier du Japon,  et c’est l’enfer: clients irrespectueux et bruyants, voyous du coin, pétasses vulgaires et agressives, c’est comme si tout le Japon désagréable et hors guide touristique s’était donné rendez-vous dans cet établissement.

Suite à une agression dont il est la victime, il fait la connaissance de Toshida (Masataka Kubota), une véritable arme vivante qui a terrassé son agresseur puis le duo rencontre Ojisan (Tsurutaro Kataoka), un homme d’un certain âge qui mène un combat solitaire contre les criminels, enfin, un étrange et désopilant incident amène un quatrième mousquetaire ou plutôt une car il s’agit de Kaori, une étudiante à l’esprit vif.

Et c’est parti pour nos quatre lascars qui décident d’unir leurs talents pour devenir des justiciers, des super-héros.  Lire la suite « Maniac Hero »