Drowning love? un joli bazar…

natsume

Résumé: Natsume, une jeune modèle en vogue, arrive de Tokyo pour s’installer avec ses parents à la campagne, dans une petite ville portuaire. Elle fait bientôt la connaissance de Koh/Koichiro, un jeune homme libre et fantasque dont la famille semble avoir prise sur les lieux, les gens et leur histoire.

Attirance mutuelle ou attraction fatale, les deux jeunes gens se livrent à un jeu de chassé croisé où se mêlent séduction et orgueil. Un grave incident va les séparer et c’est là qu’entre en scène Otomo, un autre prétendant…

Romance pour adolescents? Enième variation de drama ‘shojo’? Le film offre bien plus que ça et le spectateur, plutôt abusé par une bande annonce qui laisse croire à une histoire fort simple, est confronté à un récit sombre et triste mais riche en événements et rebondissements.

Au classique triangle amoureux vient s’ajouter une trame quasi mystique et dans ce conte en apparence trivial et moderne, on découvre un actant quelque peu inattendu : la colère des dieux.

Un joli bazar, voilà ce qu’est ‘Drowning Love’, le deuxième long métrage de Yuki Yamato, une jeune cinéaste de 24 ans. Un ‘live action’ basé sur un manga dont le dernier volet n’était pas encore publié quand le film est sorti en salles au Japon, en novembre 2016.

Bazar parce que le film a ses petit défauts. Certaines scènes semblent à mon avis disconnectées (par abus d’ellipses sans doute), et notamment dans les séquences finales le film hésite entre réalisme et symbolisme. On peut aussi reprocher à la réalisatrice d’avoir à la fois présupposé que le spectateur connaissait le manga dans ses moindres détails tout en offrant une adaptation disons… très ou trop personnelle?

S’il est probable -pour toutes les raisons précédemment citées- que le film n’entrera jamais dans la galerie des chefs-d’oeuvre impérissables du cinéma contemporain, c’est cependant un joli film, correction, un beau film qui dispose de quatre atouts majeurs:

  • La pellicule est de très grande qualité, le film a été tourné dans des décors naturels de toute beauté.
  • Quelques astuces de montage audacieuses qui renforcent la dimension dramatique de l’ensemble.
  • De jeunes acteurs très investis, communion et complicité parfaite entre Masaki Suda et Nana Komatsu.
  • Une bande son magnifique, en majeure partie écrite au piano par le compositeur  Hidekazu Sakamoto.

Lire la suite « Drowning love? un joli bazar… »

Mortelle Randonnée…

Destruction Babies de Tetsuya Mariko (2016)

trio

Critique (spoilers modérés): qu’est-ce qui pousse Taira, ce jeune homme bestial qui sans raison, sans motivation particulière frappe, brutalise et cogne tous ceux qui ont le malheur de croiser son chemin? Une apparente absence de réponse ou d’analyse a parfois amené des critiques fort négatives pour le film, présenté et dénoncé comme un simple exercice de style mettant en scène de la violence gratuite.

D’autres a contrario -et j’en suis- voient là une oeuvre forte à la mise en scène millimétrée qui laisse au spectateur le choix entre une et plusieurs explications quant aux racines du mal…

Tourné dans le paisible port de Mitsuhama tout près de la très jolie ville de Matsuyama (île de Shikoku) le film offre le récit d’une mortelle randonnée qui démarre en solo et se termine en trio destructeur. Dès les premières images, on comprend que ça ne va pas être de tout repos.

Le jeune frère de Taira, Shota (Nijiro Murakami), s’apprête à prendre le bac pour rentrer chez lui et depuis l’autre rive, il voit Taira en mauvaise posture, agressé et tabassé par une bande locale. Il ne le reverra plus car celui-ci prend la fuite et se dirige vers la ville…

Poster 2

Là, commence son odyssée de violence et de destruction. Il s’en prend à tout le monde, de simples passants, un petit groupe de lycéens qui se moquaient de lui, jusqu’aux Yakuza qui ont bien du mal à le maîtriser. Il faut dire que le bougre sait non seulement frapper, il a également une incroyable capacité à encaisser et à se relever pour à nouveau se battre et combattre, encore et encore.

Les scènes de bagarre et d’affrontement physique sans armes à feu ni couteaux sont d’un rare réalisme, on entend les coups qui claquent, les os qui craquent, une bande son aux guitares saturées et discordantes vient ajouter à la sueur, celle qui imprègne votre dos car vous êtes littéralement collé au dossier de votre fauteuil.

Yuya Yagira – le jeune adolescent du Nobody Knows de Kore Eda, c’était lui – livre une remarquable performance physique et athlétique. Peu, très peu de dialogues mais outre les scènes de violence, ses mimiques, regards et expressions façonnent le portrait angoissant d’un authentique psychopathe.

Lire la suite « Mortelle Randonnée… »

Drowning Love Music Videos

Kou et Natsume

Petit plaisir personnel, une collection de MVs (music videos) faites par des fans avec des séquences du film Drowning Love (溺れるナイフ/oboreru knife).

J’ai adoré ce petit film, deuxième opus d’une jeune cinéaste très prometteuse: Yuki Yamato. J’en ferai une critique la plus complète possible prochainement quand j’aurai fini de procrastiner mais d’ores et déjà je peux dire que même si le film a ses petits défauts, même s’il ne s’agit pas d’un film exceptionnel destiné à compléter une liste de chefs d’oeuvre impérissables du cinéma, il a suffisamment de qualités pour entrer dans celle des films cultes.

Une pellicule d’une qualité exceptionnelle, une histoire à deux niveaux, l’une classique (un triangle amoureux) et une autre mystique (la colère des dieux et une malédiction) , une fort jolie bande-son et enfin un couple charismatique et talentueux au service d’une oeuvre davantage destinée aux amateurs d’art et essai qu’à un public friand de comédies ou drames romantiques.

Voici donc une sélection de quelques MVs conçues par des gens qui ont visiblement aimé le film autant que moi. Elles donnent un meilleur aperçu de l’atmosphère de l’oeuvre, bien plus que la bande annonce qui laisse trop croire qu’on va regarder une simple comédie romantique pour ados alors que le film offre autre chose…

 

  • Morceau « Still Here » par Digital Daggers

 

Lire la suite « Drowning Love Music Videos »