Actualités Octobre 2021

La campagne de promotion du film Parasite in Love, signé Kensaku Kakimoto, s’accélère avec la sortie de deux bandes annonces -une minute et une minute trente respectivement- et d’un nouveau poster jeudi 6 octobre. Cette adaptation d’un roman de Sugaru Miaki publié en 2016 sera sur les écrans nippons le 12 novembre prochain. La chanteuse et rappeuse Akiko Urasaki, originaire d’Okinawa et connue sous le nom de Awich a signé la chanson thème du film.

Synopsis: Kengo (Kento Hayashi) souffre d’une phobie extrême, la peur des germes et de la saleté, Hijiri (Nana Komatsu) est atteinte d’une affection encore plus rare, la scopophobie ou la crainte d’être observé. Tous deux ont une vie sociale difficile et limitée, pourtant, grâce à un mystérieux personnage ils vont se rencontrer et s’aimer…pour un temps seulement.

voir la suite: bandes annonces, Moonlight shadow, Ito, brèves…

Et au milieu coule une rivière

Moonlight Shadow, sorti en salles au Japon le 10 septembre dernier a été choisi pour figurer dans la sélection Nippon Cinema Now du 34ème Festival International du Film de Tokyo, TIFF.

Critique de Moonlight Shadow

Le son d’une cloche s’attarde dans mon oreille, tout a commencé avec cette clochette, ce son représentait chaque instant passé avec Hitoshi, chaque jour et chaque nuit, les jours de pluie, les jours de neige, ceux des nuages et du soleil, les films que nous avons vus, les livres que nous avons lus, nos querelles, nos larmes et nos rires…‘. Devant un magnétophone, une jeune femme égrène son chagrin. Cette scène poignante ouvre le film, elle reviendra plus tard, plus complète et avec une charge émotionnelle encore plus forte. 

Cette jeune femme c’est Satsuki. L’amour de sa vie s’est tué en voiture. Avec lui, Yumiko, la petite amie d’Hiiragi, le jeune frère d’Hitoshi, a également perdu la vie. Le deuil, Hiiragi le porte sur lui en revêtant l’uniforme scolaire de Yumiko, de son côté Satsuki court, sans cesse, à perdre haleine et comme elle a perdu l’appétit elle maigrit d’une manière effrayante et s’épuise. Un jour depuis le pont où Satsuki et Hitoshi aimaient à se retrouver, celle-ci aperçoit une femme étrange entièrement vêtue de noir qui porte son doigt à ses lèvres pour dire ‘chut’, comme une invitation au silence, à l’apaisement et au mystère.

L’adaptation de la célèbre nouvelle de Banana Yoshimoto par le réalisateur malaisien Edmund Yeo tient toutes ses promesses. La pellicule de Kong Pahurak est superbe et les lumières viennent soutenir les émotions portées par les personnages. La bande son, signée Aaken/Ton That An a la même fonction, elle accompagne, avec délicatesse, sans envahir le film.

voir la suite

Une Pluie de News

Alors que Moonlight Shadow est sorti sur les écrans nippons le 10 septembre dernier et que Parasite in Love va suivre le 12 novembre, on apprend ce jour la sortie de The Last Ten Years pour le printemps 2022.

Nana Komatsu partage l’affiche avec Kentaro Sakaguchi pour une très grosse production Warner, adaptation d’un roman de Ruka Kosaka, yomei 10 nen (余命10年), paru en 2007. L’écrivaine, atteinte d’une maladie rare et incurable, est décédée en 2017.

Le tournage du film s’est étalé sur un an tout au long de l’année 2020, le cycle des quatre saisons étant un passage obligé. Aux commandes l’excellent réalisateur Michihito Fujii qui a signé quelques bien jolis films ces dernières années: The Journalist, Yakura and the Family, the Brightest roof in the universe…

Voir la suite: Bande Annonce, Moonlight Shadow, brèves…

Satsuki dans Moonlight Shadow

Nana Komatsu est Satsuki, le personnage central et la voix narrative de Moonlight Shadow, le tout nouveau film du réalisateur malaisien Edmund Yeo. Son adaptation du célèbre mini roman de Banana Yoshimoto ne fait pas toujours l’unanimité notamment sur les sites mainstreams ou chez certains puristes qui voient dans les libertés prises par le metteur en scène un non respect de l’oeuvre originale.

A l’inverse le film a aussi suscité des réactions enthousiastes de la part de spectateurs ou de critiques de la presse écrite qui voient en Moonlight Shadow une production élégante, séduisante et émouvante. Que les critiques soient négatives ou positives, l’actrice semble épargnée par les reproches, bien au contraire, sa prestation génère approbation et adhésion.

Le statut particulier de ce film dans lequel pour la première fois la jeune actrice tient le haut de l’affiche pourrait fort bien marquer une nouvelle étape voire un tournant dans sa carrière. Plusieurs réalisateurs ont fait savoir publiquement qu’ils avaient grandement apprécié Moonlight Shadow et par là même la performance de celle qui selon les mots d’Edmund Yeo ne joue pas Satsuki mais EST Satsuki. Parmi ces metteurs en scène séduits et enthousiastes, un certain Shunji Iwai

Ci dessous une sélection de clichés officiels et de captures d’écran, le tout accompagné de passages traduits de l’interview spéciale de l’actrice pour son agence, Stardust Promotion, en date du 18 septembre.

Lire la suite