Quels films voir? visite guidée

Celle qui n’envisageait pas du tout une carrière d’actrice parce qu’entre autres raisons elle «n’aimait pas beaucoup parler » est aujourd’hui une des actrices les plus en vue du cinéma japonais et rares sont les articles qui ne mettent pas en avant sa très grande polyvalence. Aucun rôle, aucun film vraiment comparables, elle semble vouloir tout essayer, tout tenter, choix risqué car à force de brouiller les pistes on peut se retrouver sans marque de fabrique, sans identité.

Cette identité, le ‘chaméléon’ Nana Komatsu l’a sans nul doute grâce à son style: fondamentalement ‘old school’ elle préfère les regards et les glissements dans l’expression plutôt que de vaines gesticulations ou des phrases à rallonge. Si on ajoute à ça une réelle capacité à se montrer soudainement ‘explosive’ et un penchant certain pour les excentricités, on obtient un jeu très personnel et une présence à l’écran tout à fait unique. Suivez le guide !


les classiques

The World of Kanako: premier long métrage, premier grand rôle, un film référence qui lance sa carrière en 2014. Il y a quelques mois, Nana Komatsu déclarait humblement que c’était le montage opéré par Nakashima qui faisait du rôle de Kanako un grand rôle. Sans minimiser la qualité de la mise en relief du personnage, elle impressionne et malgré son inexpérience, elle joue à merveille aux côtés d’acteurs et d’actrices accompli(e)s dont Koji Yakusho, véritable légende vivante. Le film est une farce tragique, sombre et terriblement nihiliste, Nana Komatsu y incarne un authentique monstre dénué de tout sens moral. Critique de Hervé Lacrampe


My tomorrow, Your Yesterday: peut-être le favori d’une majorité de fans, le film de Takahiro Miki (2016) fut un succès public et critique en Asie. Un ‘film référence’ lui aussi car très représentatif d’un certain ‘style Nana Komatsu’: sobre et subtil, tout en nuances. Le film est une romance mais comme presque tous les films de Miki, une composition étoffée d’éléments poétiques, oniriques et dans le cas présent fantastiques. Un joli film qui bascule rapidement de la légèreté propre au genre à la tristesse quand deux êtres épris l’un de l’autre sont victimes d’un curieux et implacable coup du destin et du temps chronologique. Critique: Hier, c’était demain.


les dramédies

Drowning Love: une bande annonce en trompe l’oeil pour cette ‘comédie’ romantique qui sombre rapidement dans le cauchemar et la noirceur. La photographie est remarquable, l’implication des jeunes acteurs totale. L’oeuvre de Yuki Yamato a un peu le statut de film culte chez les fans de Masaki Suda et Nana Komatsu (2016). Critique: un joli bazar.

Une video musicale très bien conçue qui restitue mieux que la bande annonce l’atmosphère particulière de ce film surprenant et attachant. Musique de Digital Daggers.

Lire la suite « Quels films voir? visite guidée »

Natsume dans Drowning Love

Nana Komatsu est Natsume Mochizuki dans Drowning Love (溺れるナイフ), un film signé Yuki Yamato qui sort en salles au Japon le 5 novembre 2016.

Jeune mannequin, Natsume a dû quitter Tokyo pour venir s’installer avec ses parents dans la préfecture de Wakayama. Un soir d’ennui, elle rencontre Koh (Masaki Suda) au bord de la mer, tout près d’un sanctuaire sacré. Les deux jeunes gens qui ont une haute idée d’eux-mêmes et de l’autre vont se livrer à un étrange jeu de compétition et de séduction. Sous la surface du live action et de la romance adolescente la réalisatrice a conçu une histoire sombre et tourmentée dans un film très esthétique. Critique et essai d’interprétation: Drowning Love, un joli bazar.


See more

Actualité Juin 2020

Toujours pas de nouvelle date de sortie en salles pour Ito, il faudra sans doute attendre la fin de l’été ou cet automne. Initialement prévu pour le 24 avril, le film a comme beaucoup d’autres subi l’impact des mesures de distanciation et de fermetures liées à la pandémie du Covid-19. Site Officiel: Ito.


Prévu pour cet automne également, Sakura de Hitoshi Yazaki (Strawberry Shortcakes). On en sait un peu plus sur le casting: Masatoshi Nagase jouera le rôle du père des trois jeunes gens acteurs principaux du film (Takumi Kitamura, Nana Komatsu et Ryo Yoshizawa), Shinobu Terajima celui de la mère.

A l’affiche également Yui Kobayashi, Kasumi Yamaya et Kaho Mizutani. Source: Cinema Today. Site Officiel: Sakura.


Sorties DVDs

Samurai Marathon: sortie américaine le 21 juillet chez Well Go USA Entertainment. Bluray et DVD, un disque – Bluray Region A, DVD Zone 1. Amazon USA.

Read and see more

Reo dans Farewell Song

Nana Komatsu est Reo/Leo dans Farewell Song (さよならくちびる) un film de Akihiko Shiota sorti en mai 2019 au Japon.

Reo est la moitié sombre du duo folk indé HaruReo. Impétueuse, entière, malhabile dans sa relation à autrui, elle semble être sans cesse en quête de quelqu’un ou de quelque chose. Lors d’une interview accordée au magazine Cosmopolitan Japan, Nana Komatsu déclarait: ‘Leo (…) n’était pas une fille si violente mais il m’a semblé que son caractère brusque et maladroit ressemblait au mien.’

Lire la suite « Reo dans Farewell Song »

Morceaux choisis 2

La crise sanitaire due au Covid a terriblement impacté l’industrie du cinéma et du spectacle, au Japon comme ailleurs: diffusions en salles différées, tournages et projets reportés voire abandonnés. Les salles obscures devraient être à nouveau accessibles au public dans un avenir proche mais sous conditions.

Le film Ito (avec Masaki Suda) dont la sortie était programmée pour le 24 avril est donc en stand-by. Avec son gros casting, sa thématique et une intense campagne de promotion, le film était promis au statut de blockbuster de printemps, ce sera peut-être le cas pour l’été ou l’automne. Automne qui permettra normalement de voir Nana Komatsu à l’affiche dans Sakura, en attendant Parasite in love au début de l’année prochaine.

En attendant des jours meilleurs pour le cinéma japonais en général et les films avec Nana Komatsu en particulier, quelques extraits à savourer sans modération, sur la période 2018-2019.


Ritsuko dans Kids on the slope de Takahiro Miki (2018)


Akira dans Koi Ame/After the rain de Akira Nagai (2018)


Makoto dans Kuru/It comes de Tetsuya Nakashima (2018)

Extraits suivants: films de 2019